La Vague de l’Île, récit d’un mouvement étudiant engagé

Par Yasmine Mehdi de l'école secondaire de l'Île

En avril 2014, un événement en apparence anodin est arrivé à l'école secondaire de l'Île : la création du mouvement La Vague. Aujourd'hui, ce dernier regroupe plus d'une trentaine de jeunes engagés fréquentant l'établissement scolaire. Ils partagent tous un rêve très simple: changer le monde, un geste à la fois. Depuis un an, le groupe a accompli énormément de choses et a permis à la communauté de redécouvrir l'impact qu'elle peut avoir non seulement sur le monde, mais aussi dans son propre quartier.

En réalité, l'aventure La Vague a débuté en novembre 2012 lorsque Nancy Fontaine, enseignante de français à l'école, a découvert par hasard l'événement Unis pour l'Action de l'organisme Enfants-Entraide. Emballée par l'idée qu'un organisme récompense les jeunes à travers le monde pour l'impact qu'ils ont sur leur communauté, elle en a discuté avec sa collègue, Susan Baird. Les deux enseignantes se sont alors fixé un objectif : l'école secondaire de l'Île devait gagner des billets pour le prochain We-Day, une grande célébration pour les jeunes engagés dans leur milieu. Grâce à leur détermination et à la passion des élèves qui ont décidé d'adhérer au projet, ce but a été atteint en avril 2014. C'est également à ce moment que La Vague a été officiellement créée et que des dizaines de projets ont commencé à être menés, tous dans le but de rendre le monde dans lequel nous vivons plus agréable.

Parmi les projets notables de La Vague se trouve une collecte de sous noirs menée par les élèves de secondaire 1 du Programme d'éducation internationale en avril 2014 dans le cadre de la campagne Unis pour le changement lancée par Enfants-Entraide. Les élèves sont parvenus à amasser la somme impressionnante de 2 600 $ dans le but de construire une école en Afrique. À la suite d’un concours organisé par la Banque Nationale, La Vague a gagné 8 000 $ de plus pour récompenser son travail. Grâce à ce don, les élèves de La Vague ont amassé suffisamment d'argent pour permettre à des dizaines de jeunes Africains d'avoir accès à l'éducation.

Malgré le succès de leur dernière campagne, les membres de La Vague n'ont pas tardé à aller de l'avant avec une nouvelle initiative. En juin 2014, ils ont lancé une collecte d'effets scolaires usagés dans toute l'école. Ils ont amassé plus de 200 cartables, des dizaines de crayons, d'effaces, de cahiers, de feuilles lignées, de coffres à crayons et de séparateurs, qu'ils ont redistribués à des élèves dans le besoin dans deux écoles primaires du quartier.

Ces projets ne sont que quelques exemples des multiples initiatives du mouvement La Vague de l'école secondaire de l'Île. Les élèves impliqués sont sur une bonne lancée et ils continuent à travailler activement sur plusieurs projets, comme celui de rendre la cafétéria de leur école plus verte et de réduire le nombre de bouteilles de plastique utilisées en amassant des fonds pour acheter une machine servant à remplir les bouteilles d'eau réutilisables. 

Pour plusieurs personnes, les élèves faisant partie de La Vague sont des rêveurs ou des idéalistes qui ne font pas vraiment une différence dans leur communauté, qui ne pourront jamais changer le monde. La prochaine fois que vous entendrez des idées erronées de la sorte, j'espère que vous vous rappellerez qu'à l'école secondaire de l'Île, les élèves ne font pas que rêver, mais posent des gestes concrets et tangibles tant à l'international que dans leur quartier. Il suffit de penser aux dizaines de jeunes Africains assis dans une école ou aux écoliers fréquentant nos écoles de quartier qui ont reçu des fournitures scolaires gratuitement grâce à La Vague. Ça donne envie de changer le monde, non?